Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Planter, détruire, replanter : guerre d’usure entre Israéliens et bédouins (...)

Planter, détruire, replanter : guerre d’usure entre Israéliens et bédouins dans le Jourdain

mercredi 24 février 2021, par Michel Berthélémy

Version imprimable de cet article Version imprimable

« Israël veut que les Palestiniens quittent ces terres pour y amener des colons. Nous défendons nos terres. Notre arme ici, c’est la présence des bédouins », affirme Muataz Basharat, haut responsable de l’Autorité palestinienne.

L’Orient-Le Jour, 21 février 2021 (avec AFP)

L’armée israélienne a lancé en novembre des pelles mécaniques à l’assaut des tentes plantées à Khumsa al-Baqa, un village improvisé d’une dizaine de familles bédouines jugé « illégal » par Israël. Depuis, les bédouins ont remonté des tentes. L’armée a redémoli. Les bédouins ont replanté. L’armée a encore redémoli… « Nous avons peur qu’ils reviennent encore pour tout détruire », lance Fadwa, qui vient de recevoir la visite de soldats pendant que son mari, Abou Awad, barbe charbonneuse et keffieh, était ailleurs dans la vallée.

« Zone militaire fermée »

Dès l’arrivée de l’AFP dans le campement où se trouvait Abou Awad, deux voitures de l’armée israélienne ont surgi et des soldats armés en sont descendus. « Vous êtes dans une zone militaire fermée, vous n’avez pas le droit d’être ici. Nous allons confisquer vos voitures », a lancé un militaire. Pourtant, en circulant au milieu des champs, rien n’indiquait clairement que ce secteur était « zone militaire ». Après des négociations, les véhicules seront ramenés au loin, et le trajet jusqu’aux tentes se fera à pied.
Bande de terre stratégique qui s’étire du lac de Tibériade à la mer Morte, la vallée du Jourdain est située pour l’essentiel dans la « Zone C » de Cisjordanie, un secteur contrôlé par Israël qui a pour projet de l’annexer. Pour construire une structure dans la vallée, les Palestiniens doivent obtenir une autorisation de l’armée. Mais les bédouins disent vivre sur ces terres depuis bien avant l’occupation israélienne, à partir de 1967, et donc ne pas avoir besoin de permis.

Ces derniers mois, l’armée a poussé les bédouins de Khumsa al-Baqa à quitter leur emplacement en affirmant qu’il était situé dans une « zone militaire fermée ». Mais, pour Abou Awad, c’est un prétexte pour chasser les Palestiniens. « Ce n’est pas vraiment une zone militaire. Nous sommes ici et les militaires s’entraînent beaucoup plus loin », assure l’homme assis à même l’herbe, dégustant une salade et du fromage frais au lait de brebis. "Ces terres sont à nous. Les soldats viennent ici en envahisseurs mais nous ne partirons pas ! »

Rempart à la colonisation

Les soldats partis, deux autres Israéliens entrent en scène ce jour-là : Buma et Shoshi. Le premier a perdu son fils au Liban pendant l’occupation israélienne, le second est un ancien de l’armée de l’air. Ils apportent jouets et vêtements neufs pour les enfants qui s’amusent au loin, sur une butte de terre. « Nous apportons aussi des bâches de nylon imperméables pour protéger les tentes mais, comme il y avait des soldats ici, nous les avons laissées ailleurs » dans la vallée, explique Shoshi d’un sourire espiègle. « Les bédouins vont les récupérer la nuit et les rapportent au campement à dos d’âne », dit-il. L’armée israélienne et les bédouins jouent ainsi au chat et à la souris dans ce secteur. Les militaires détruisent tentes, panneaux solaires et enclos à bétail. Les bédouins, aidés par des donateurs et par l’Autorité palestinienne, dissimulent du matériel pour remonter rapidement les camps après leur destruction.
A Khumsa al-Baqa, les familles bédouines disent jouer le rôle de rempart contre la colonisation de la vallée par Israël, qui compte déjà plus de 475.000 colons dans l’ensemble de la Cisjordanie. « Israël veut que les Palestiniens quittent ces terres pour y amener (…) des colons », affirme Muataz Basharat, haut responsable de l’Autorité palestinienne en visite sur place. « Nous défendons nos terres. Notre arme ici, c’est leur présence », dit-il, en référence à Abou Awad et à Abou Freij, un autre bédouin qui enchaîne les cigarettes assis à même le sol, en attendant la prochaine visite de l’armée…. deux jours plus tard. Pour détruire à nouveau des tentes.

https://www.lorientlejour.com/article/1252582/planter-detruire-replanter-guerre-dusure-entre-israeliens-et-bedouins-dans-le-jourdain.html

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.